Peindre une façade

Peindre une façade n'est pas chose facile. Entre comment préparer ses murs avant de peindre ? Quel produit utilisé pour nettoyer avant de peindre ? Quand puis je peindre ? Quel type de peinture utiliser ? Quels sont les types de rouleaux recommandés ? Comment procéder sur mon chantier ? ...

 

Cela devient vite anxiogène car en plus vous aurez souvent des messages contradictoires et plus vous poserez de questions autour de vous et plus les réponses deviendront contradictoires.

 

Pour répondre à toutes ses interrogations, il faut y aller par étape et la première est d'identifier vos supports et leur qualité. Vous pourrez alors les classer en 3 catégories qui sont :

  - les supports difficiles (présence de farinage, d'efflorescence, qui sont très poreux, qui se désagrège, qui sont exposés à une forte humidité comme les murs de sous-bassement ou les murs victimes d'infiltration).

  - les supports sains et structurés constitués essentiellement de la famille des crépis non farinant

  - les supports sains et lisses constitués des enduits talochés et des plaques de bétons.

Les façades lisses et saines :

  Lisse : Absence ou très légère structure

  Saine : Pas de farinage sur la main après frottement, pas de fissures, pas de cloques, pas de traces d'humidité.

Les façades lisses déjà peintes sont les supports les plus faciles car elles acceptent toutes les peintures façade à l'eau et cela, même si l'ancienne peinture est une pliolite (peinture à base de white spirit).

 

On appelle façade "façade lisse", les façades enduites et talochées ce qui leur donne une très faible structure.

 

 

Les autres supports lisses que l'on rencontre souvent à l'extérieur sont les plaques de béton non peintes qui peuvent être aussi utilisé en matériaux de construction pour une habitation.

 

Ces supports nécessitent un traitement particulier car elles sont souvent glacis et peuvent avoir en surface des traces résiduelles d'huile de coffrage.

 

Pour ne pas se louper, il est conseillé de faire un dérochage à l'acide (pulvérisation de shampoing acide pour sol ou solution d'acide chlorhydrique diluée à 10%) que l'on n'oubliera pas de rincer ensuite.

 

Après séchage, il est recommandé d'utiliser une peinture type Pliolite (peinture à base de white spirit).

Les façades structurées saines et non farinantes - Crépis

  Non farinant : Ne se désagrège pas quand on frotte avec la main

  Sain : Absence de cloques ou perte d'adhérence locale (sonne creux quand on tape), pas de présence d'infiltrations ou remontées capillaires.

 

Les crépis ne sont recouvrables que par des produits à l'eau. Surtout ne pas utiliser de peinture Pliolite car celle-ci attaque les matières plastiques ; ce qui est souvent le cas des crépis.

Dans le cas des crépis dits fins (grain < 2mm), la totalité des peintures à l'eau sont compatibles. Un rouleau façade spécial acrylique avec des fibres de 18mm suffira.

Vous noterez que le fait d'avoir une structure augmente significativement la consommation. Rendement moyen sera d'environ 7m²/L.

 

Pour les "gros" crépis (grain > 2mm) comme les crépis posés à la tyrolienne. Il faudra faire attention car beaucoup de peintures ne supportent pas l'application en surépaisseur et des risques de faîençage sont sérieux.

 

Il est recommandé sur ce type de crépi c'est soit d'utiliser des peintures dites RSE (Revêtement Semi Epais - Peinture façade type D3) soit utiliser une peinture façade à l'eau applicable au pistolet. Dans ce second cas, vous y gagnerez en temps et en argent car vous éviterez une application fastidieuse et une surconsommation de peinture faramineuse. 

 

Les consommations pour un crépi ayant un grain de 5mm :

  

  3 à 4 m²/L avec une application au rouleau avec un RSE (Peinture façade classée D3)

 

  8 m²/L avec une application au pistolet haute pression avec une peinture façade à l'eau (Peinture façade classée D2). 

Les supports difficiles en façade

Les supports farinants font généralement suite à un stade avancé de la dégradation des matériaux voir des peintures ou vous êtes en présence de peinture à la chaux.

Deux solutions s'offrent à vous :

  - Appliquez directement une peinture à la chaux

  - Reconsolidez les fonds avec un fixateur pour façade (Attention : pas une impression). Renouvelez l'opération si un seul traitement ne vient pas à bout du farinage et vous pourrez ensuite repeindre avec la peinture façade de votre choix.

Les supports avec de l'efflorescence font suite à la présence récurrente d'humidité dans les supports. Il est donc conseillé dans un premier temps de traiter les façades avant un produit "anti-salpêtre" et un "anti-dépôt vert" (antimousse). Après action des produits, nettoyer à l'aide d'un karcher mais avec une pression basse si possible.

Laissez sécher une bonne semaine ensoleillée, vérifiez que les supports ne sont pas trop friables (si c'est friable, traiter avec un fixateur façade avant de passer à la suite) et recouvrer avec une peinture façade Pliolite.

Les supports très poreux nécessitent d'être recouverts ou traités avant que l'eau ne fasse des dégâts irréversibles.

Si l'aspect général est bon, propre et que vous ne souhaitez pas vous lancez dans de grands travaux. Un simple traitement avec un produit imperméabilisant donne d'excellent résultat (Exemple : RIPOLIN IMPER FACADE BOIS ET TOITURE)

Dans le cas où la façade est inesthétique, traitez avec un produit anti-dépôt vert (anti-mousse), nettoyez au karcher, laissez sécher et recouvrez avec une peinture façade de bonne facture (plus elles sont chères et plus elles sont riches en résine -> c'est ce que vos supports ont besoin). Souvent, dans ce cas précis, deux couches sont nécessaires pour obtenir un résultat homogène.

Les peintures qui se désagrègent et la présence d'humidité sont souvent de mèches.

 

Reste à identifier, pourquoi la peinture se désagrège... Est-ce un problème d'infiltration d'eau local (fissure, mauvais recouvrement, faiblesse dans la peinture), un problème de remontée capillaire (la peinture se décolle en bas de murs sur toute la longueur et quasi à la même hauteur), une problème de vieillissement de la peinture ou du crépis.

 

Dans tous les cas de figure, il va falloir gratter et retirer tout ce qui n'est pas adhérent. Comment faire ? Tous les moyens sont bons ! Vous pouvez y aller au karcher, à la spatule, faire un sablage ou à la brosse métallique à vous de choisir votre arme.

 

Ensuite, il va falloir traiter avec un antimousse, trouver et traiter les sources d'humidité (ouvrir et reboucher les fissures avec un mastic acrylique pour façade), traiter les remontées capillaires par injection, renforcer avec un fixateur façade l'ancien revêtement non enlevé par principe de précaution (quand on vient de loin, le fixateur façade aide vraiment à repartir sur des bonnes bases). Restera à laisser sécher et recouvrir... avec quoi ? 

   - si les travaux préparatoires n'ont pas permis de supprimer les sources d'humidité ou brosser parfaitement l'ancien revêtement optez pour des peintures à la chaux. Il faudra en repasser régulièrement mais c'est esthétiquement propre.

  - si tout est propre et que vous n'avez pas utilisé de fixateur façade, optez pour une Pliolite en 1ière couche

  - si tout est propre et que vous avez utilisé un fixateur façade, optez pour des peintures façades à l'eau. 

Les cas particuliers

Les murs de sous-bassement sont souvent exposés à de l'humidité si des drains n'ont pas été posés, ni du bitume spécial fondation.

 

Dans ce cas, seules peintures façades extrêmement microporeuses peuvent tenir dans le temps ; ce qui ne laisse que les peintures hydropliolite et les peintures à la chaux.

 

Pour les autres technologies, passez votre tour.

Les parpaings sont, quand à eux, des matériaux de construction nécessitant la pose d'un enduit avant d'être peint.

 

Dans le cas où il n'y a pas d'enduit, les peintures ne teindront pas durablement sur ces matériaux exceptés dans le cave car il y a peu de présence d'humidité.

 

Au cas où vous voudriez les peindre, privilégiez des peintures très microporeuses comme notamment de la Pliolite, de l'Hydropliolite ou des peintures à la chaux.

 

Si vous ne souhaitez que supprimer la porosité sur un mur en parpaing, le produit RIPOLIN IMPER FACADE SOL ET TOITURE donne d'excellent résultat.

Quels outils utilisés pour peindre une façade et comment ?

Pour les peintures Pliolite, vous trouverez toujours le bon vieux rouleau méché vert.

 

Attention : Ce type de rouleau n'est efficace qu'avec des pliolites à base de white spirit. Vous vous rendrez vite compte qu'il n'est pas adapté pour peindre des crépis et c'est normal... les pliolites ne doivent jamais être appliquées sur des crépis.

Pour les peintures à l'eau, il faut vous orienter vers tous les autres rouleaux pour façade avec des longueurs de fibres supérieures ou égales à 18mm. Généralement, il s'agit de rouleau en polyamide ; cette technologie est plus épaisse et permet de peindre plus facilement les surfaces structurées comme les crépis.

WAGNER HEA 350 PRO
WAGNER HEA 350 PRO

Autre possibilité, l'utilisation d'un pistolet haute pression. Avec leur flexible de 15 mêtres en moyenne, leur pompe puissante, plus besoin de se promener sur un échafaudage avec un pot de 15Kg. Il suffit de mélanger la peinture, éventuellement la diluer un peu en fonction de la puissance de l'appareillage et d'attaquer.

 

La méthode : Après avoir protégez vos sols, commencez par détourer (peindre avec une brosse à rechampi) sur 10 à 15 cm autour des fenêtres, des gouttières, des caches moineaux, des tuiles de rives, des appuies de fenêtres... Ensuite, il restera à appliquer au pistolet quand il n'y aura aucun vent. 

 

Avantage : Le gain de temps, la qualité de finition et l'économie de peinture (jusqu'à 2 fois moins de peinture dans le cas d'une remise en peinture d'un gros crépi).

Inconvénient : Il faut faire attention au vent car les aérosols peuvent aller très loin et je connais plusieurs voitures qui peuvent en témoigner.